Outil du coaching :

Les habiletés Parentales

Les habiletés parentales

Les habiletés parentales ont pour origine un courant de psychologie humaniste centré sur la famille et le fait d’être parents. Elles constituent un ensemble d’ outils puisés dans la communication (ferme et bienveillante), l’écoute active, l’accueil des émotions, la psychologie de l’enfant et l’éducation.

Comment et pourquoi être parent autrement ?

3 questions – réponses

3 questions, remarques reviennent souvent pour exprimer le septicisme sur le fait de cultiver une parentalité différente.

3 réponses selon Haïm G. Ginott :

Pourquoi devrais-je apprendre à être parent ?

H.G.G:  » La relation parents-enfants présente de nombreux défis. Les parents sauront les relever si leurs méthodes éducatives sont imprégnées de respect et d’empathie et s’ils se montrent sensibles aux émotions et aux besoins de leurs enfants. »

« Aucun parent ne décide à son réveil de rendre son enfant malheureux. Aucune mère, aucun père ne se dit : « aujourd’hui, je vais profiter de toutes les occasions pour crier, harceler et humilier mon enfant. Au contraire, dès le matin, nombreux sont les parents qui prennent cette résolution : « cette journée sera paisible. Pas de cris, pas de disputes, pas de querelles. » Pourtant, malgré ces bonnes intentions, la guerre qu’on désire éviter éclate une fois de plus. Etre parent, c’est une suite ininterrompue de petits événements, de conflits récurrents et de crises subites auxquels il faut réagir. Notre réaction n’est pas sans conséquence : pour le meilleur ou pour le pire, elle affecte la personnalité et l’image de soi. »

« La parentalité, l’éducation positive » c’est du marketing ou du laxisme

 « Comprenez-moi bien : je ne m’oppose pas à ce qu’un enfant soit poli, soigné et instruit. La question cruciale est pour moi la suivante : Quelles méthodes a-t-on utilisé pour parvenir à ces fins ?…… si on utilise des méthodes qui sont humanisantes alors on enseigne quelque chose de beaucoup plus important qu’une série de vertus isolées. On montre à l’enfant comment être une personne, un être humain qui peut conduire sa vie avec force et dignité » – Haim G. Ginott

Punir sert aussi à éduquer, apprendre les règles

Le problème : « la mauvaise conduite et la punition ne sont pas des choses opposées qui s’annulent l’une l’autre. Au contraire, elles s’engendrent et se renforcent mutuellement »

«La punition ne décourage pas l’inconduite. Elle ne fait que rendre le coupable plus prudent dans l’accomplissement de ses crimes, plus adroit à dissimuler ses traces, plus habile à éviter qu’on le détecte. Quand un enfant est puni, il prend la résolution de devenir plus prudent, non celle de devenir plus honnête et plus responsable.» H.G.Ginott

 La punition sera remplacée par des « conséquences éducatives » (en lien avec le fait et non la personnalité).

La parentalité et Les habiletés parentales

La parentalité est un mot relativement récent, apparu dans les années 1950 (par les psychanalistes Benedek et Racamier) pour désigner le rôle des parents dans la fonction parentale.

En France, dans les années 1980-90, un groupe de travail sur le sujet est commandé par le ministère de l’Emploi et de la Solidarité.

Il en résulte une définition selon Houzel (Professeur et chef de service en pédopsychiatrie du CHU de Caen) que l’on peut résumer ainsi :

La parentalité, le fait d’être parents, comprend 3 axes  : « L’exercice » pour l’aspect juridique de la parentalité , la « pratique »pour le domaine du soin, de l’éducation et « l’expérience » pour la notion de sentiment, de lien vécu avecl’enfant.

Ensuite, le terme s’est répandu dans toutes les sphères de la société : juridique, politiques, socio-économique, politique, culturelles, éducatives…

Actuellement, avec les recompositions de la structure familiale, on parle de coparentalité, d’alliance parentale ou de co-parents pour désigner le fait que les parents restent toujours parents même en cas d’éloignement de l’enfant. De même toute structure en charge d’enfants doit agir dans l’intérêt supérieur de l’enfant.

Aux USA et au Canada, le concept et surtout les pratiques parentales existent depuis les années 50 et sont répandues dans le système éducatif. Les termes utilisés sont : Parenting (manière dont les parents prennent soin des enfants, « caregiver, caretaker  » ( gardien ou tuteur) à la place de parent. Haïm Ginott, fut un des pionniers de l’éducation ferme et empathique et est à l’origine des outils et de la conception des ateliers.

La parentalité « bienveillante, positive » ne signifie pas absence de cadre ou de faire preuve de laxisme. La parentalité s’appuie sur un cadre et des règles. Les « punitions » sont remplacées par des conséquences éducatives axés sur l’acte, le comportement et non sur la personne, personnalité. Par exemple la réparation est la conséquence éducative de ce qui a été cassé.

La parentalité en séance avec Cap-parentalité 

Je vous accompagne (Parents uniquement) en coaching sur tous les sujets en lien avec le fait d’être parents.

Le champ est donc très vaste : il peut s’agir de questionnement sur son enfant, de besoin de communiquer, de créer du lien, de poser un cadre, de lâcher les injonctions (comme la perfection), la gestion de la fratrie, la recomposition familiale, parents solo, la gestion des émotions pour tous, la scolarité…..

Comment ?

Sous forme de consultation individuelle ou en couple : 1 ère séance de 1H30 et 1H les suivantes. Peu de séances suffisent.En présentiel ou visio.

Sous forme collective : Les Ateliers Parents (APComm, Faber&Mazlish, Mpédia).

Objectifs :  découvrir les « outils » pour faire autrement au quotidien avec ses enfants et échanger avec d’autres parents.

Selon l’atelier choisi : 4 à 5 séances de 2H30 chacune. Le soir ou samedi matin en présentiel ou visio.

 

Sylvie Levacher 

Contacter Cap-Parentalité-Pros

Contacter Tel: 06.26.80.11.36

Réseaux sociaux